Maroc - Carnet Photographique


Economie Maroc, Industrie et agriculture marocaine

Carnet photographique : Maroc
21/09/15

Le Maroc, un pays agricole mais où le tourisme est important

Le Maroc est essentiellement un pays agricole bien que seuls 21 p. 100 de la superficie totale soient cultivés. En 2004, le produit intérieur brut (PIB) s’élevait à 50 milliards de dollars, chiffre qui plaçait le pays au 54e rang mondial. Depuis 1985, l’économie marocaine a été soumise à un ajustement structurel sévère qui produit des résultats inégalés sur le continent africain. Cependant, la croissance économique — 3,1 p. 100 en moyenne de 1980 à 1994 ; 4,71 en moyenne pour la période 2000-2004 — demeure insuffisante pour résorber le chômage : chaque année, 250 000 demandeurs d’emploi arrivent sur le marché du travail. En 2002, le taux de chômage s’élevait à 11,6 p. 100 ; l’inflation atteignait 6,6 p. 100.


L'agriculture marocaine

En 1995, le secteur primaire occupait 35 p. 100 de la population active et contribuait pour 18 p. 100 à la formation du PIB.
La production est très dépendante des aléas climatiques. Ainsi, l’année 1994 s’était révélée exceptionnelle après trois années de sécheresse, mais la sécheresse prolongée de 1995 a de nouveau sérieusement menacé l’agriculture du pays. Les principales productions sont les céréales, le blé (31 p. 100 des terres cultivées en 1994 ; 19e rang mondial) et l’orge (26 p. 100 des terres ; 11e rang mondial) dont la production totalise 3 millions de tonnes. La pomme de terre, les melons, les oliviers, la vigne, les légumineuses, les dattiers, la canne à sucre et la betterave à sucre sont également cultivés.

Le Maroc est un gros producteur d’agrumes (1 275 000 t, dont 940 000 t d’oranges, 11e rang mondial) principalement destinés à l’exportation avec les légumes d’hiver.

Industrie marocaine
Industrie marocaine. Le tourisme. Photo. Emmanuel BUCHOT

Le cheptel et l'élevage

Le cheptel compte environ 15,6 millions d’ovins (19e rang mondial), 5,5 millions de caprins et 3,3 millions de bovins. Le liège est l’une des principales ressources de la forêt marocaine, mais la plupart du bois coupé est utilisé comme combustible ; en 2004, la production de bois s’élevait à 885 000 m3, quantité très minime. Les principaux centres de pêche sont Agadir, Safi, Essaouira, Casablanca, auxquels s’ajoutent les centres côtiers du Sahara-Occidental. En 2001, les prises annuelles s’élevaient à 1 084 638 tonnes et comprenaient notamment sardines, thon, maquereaux, anchois et crustacés.


Industrie marocaine

Le pays possède des ressources minières considérables : c’est le 3e producteur mondial de phosphate (gisements de Youssoufia, de Khourigba, de Benguerir, ainsi que Bou Craa, au Sahara-Occidental, 20 millions de tonnes en 1995) ; le 10e producteur de plomb (70 000 t) et d’argent (333 000 t). On y extrait aussi du charbon, du cobalt, du fer, du cuivre, du manganèse, du pétrole, de l’étain et du zinc.
En 2003, 94,21 p. 100 de la production électrique est d’origine thermique, le reste étant produit dans des centrales hydroélectriques locales. En 2003, la production annuelle était d’environ 17,3 milliards de kilowattheures.


Des petites et moyennes entreprises assurent l’essentiel de la production industrielle du pays : matériaux de construction, produits chimiques, textiles, chaussures, pétrole raffiné, produits agroalimentaires (32 p. 100 de la production industrielle totale), vins, sucre, etc. L’artisanat est également un secteur traditionnel important : tissus, sellerie, céramiques, tapis et couvertures et ébénisterie de haute qualité.

Le secteur tertiaire au Maroc

La monnaie est le dirham, divisible en 100 centimes ; elle est émise par la banque Al-Maghrib (1959), banque centrale du Maroc. De nombreuses banques privées sont également installées dans le pays.

L’émigration marocaine et le tourisme permettent d’importantes rentrées en devises étrangères. Cependant, les menaces terroristes islamistes qui pèsent sur le Maghreb ont considérablement ralenti la venue des touristes au Maroc, et les recettes liées à ce secteur sont en régression (460 millions de dollars en 1999).

Les équipements portuaires marocains

Le pays dispose d’importants équipements portuaires à Casablanca, Agadir, Kenitra, Safi et Tanger. Au début des années 1990, le pays était équipé d’un réseau ferroviaire de 1 890 km et de 59 198 km de routes, dont 47 p. 100 étaient bitumées. Royal Air Maroc, la compagnie aérienne nationale, assure les liaisons intérieures et internationales. On compte 19 aéroports au Maroc. "Maroc" © . Source utlisée et Encarta et Wikipedia.


Photos des pays et villes visités