Carte d'Asie - Carnet Photographique


Carte geographique Asie : Infos Asie relief et climat

Carnet photographique : Asie
21/09/15

L'Asie : carte et géographie du continent asiatique

Constitué par l’Asie de l’Ouest, l’Asie centrale, le Proche-Orient, l’Asie du Sud, l’Asie du Sud-Est et l’Asie de l’Est, le continent asiatique est délimité au nord par l’océan Arctique, à l’est par le détroit de Béring et l’océan Pacifique, au sud par l’océan Indien et au sud-ouest par la mer Rouge et la mer Méditerranée ; à l’ouest, la frontière entre l’Europe et l’Asie est située par convention aux montagnes de l’Oural, toutefois la masse des terres formée par l’Europe et l’Asie est appelée l’Eurasie. Dans le sud-est de l’Asie, des archipels et des îles se succèdent vers l’est jusqu’en Océanie : ce sont les îles des Philippines et de l’Indonésie (Sumatra, Java, les Célèbes (Sulawesi), Bornéo et la Nouvelle-Guinée. Taïwan, les îles du Japon et de Sakhaline sont pour leur part situées dans le nord-est de l’Asie. Le Sri Lanka et des chapelets d’îles plus petites comme les Maldives, les îles Andaman et Nicobar se trouvent dans l’océan Indien. Le continent asiatique couvre une superficie d’environ 32 millions de km2 (c’est le plus grand continent du monde) et comptait (en 2004) une population d’environ 3,7 milliards d’habitants (c’est le continent le plus peuplé de la planète). Je vous invite à venir découvrir les photos des différentes pays que j'ai parcouru : Inde, Vietnam, Cambodge, Chine, Thailande, Corée du Sud, Japon.


Carte géographique de l'Asie
Carte géographique de l'Asie
Carte d'Asie. Source Encarta
L’Asie s’étend du nord au sud depuis le cap Tchéliouskine (en Sibérie, Russie), au nord, jusqu’à l’extrémité méridionale de la voir péninsule de Malacca, au sud. Le continent a une largeur maximale d’environ 8 500 km d’ouest en est, du cap Baba (nord-ouest de la Turquie), à l’ouest, au cap Dejnev (nord-est de la Sibérie, Russie), à l’est. C’est en Asie que se trouvent le point le plus haut et le point le plus bas de la Terre (le mont Everest, 8 850 m au-dessus du niveau de la mer et la mer Morte, 390 m au-dessous du niveau de la mer). Les régions intérieures de l’Asie sont constituées par des montagnes et des plateaux séparés par des bassins structuraux.


L'environnement naturel de l'Asie

Situé un peu au sud du centre géométrique de l’Asie, le cœur du continent se compose de l’Himalaya, des chaînes de montagnes voisines et du plateau tibétain. Autour de ce noyau central se trouvent quatre larges plateaux (la Sibérie, la Chine de l’Est, l’Inde du Sud et l’Arabie), de grands bassins structuraux, ainsi que des plaines traversées par des cours d’eau.


Le relief de l'Asie

Les montagnes en Asie

Le relief de l’Asie s’articule autour du haut plateau du Pamir, auquel on donne le nom de « toit du monde ». Cette région se situe au point de convergence de l’Inde, de la Chine, du Tadjikistan, du Pakistan et de l’Afghanistan. Plusieurs sommets dépassent les 6 000 m. Les montagnes du Pamir sont prolongées en un mouvement de spirale par l’Hindu Kush et par la chaîne de l’Elbourz, dans le nord de l’Iran. Au-delà s’étendent les chaînes du Caucase entre la mer Caspienne et la mer Noire, puis le Kuzey Anadolu Daglari (ou chaîne Pontique), le long de la mer Noire, en Turquie. Au sud-est s’élève le Haut Himalaya, qui est doublé vers le nord et le sud par des montagnes plus petites, mais néanmoins imposantes. Ces montagnes forment un arc de cercle impressionnant,

orienté est-ouest, d’une longueur de 2 500 km ; de nombreux pics dépassent les 6 000 m, et quatorze sommets, dont le mont Everest, dépassent les 8 000 m. Au sud-est du Pamir se trouvent la chaîne du Karakorum et celles des monts Kunlun et de l’Altun shan. Cette suite de montagnes continue ensuite vers l’est en formant des ensembles moins élevés comme les Nan Ling (Nan shan), qui prennent le nom de Qin Ling dans le nord de la Chine. Ces montagnes marquent la limite entre les deux zones climatiques très différentes du nord et du sud de la Chine. L’Himalaya et les chaînes du Karakorum et des Kunlun sont séparées par le plateau tibétain, dont l’altitude se situe entre 3 600 et 4 500 m. À l’est du Pamir s’étend la grande chaîne des Tian shan, dont certains sommets dépassent les 6 000 m. Toutefois, les hauteurs atteintes ont tendance à diminuer à mesure que l’on s’approche des frontières de la Mongolie. Plus au nord-est, les monts de l’Altaï s’avancent dans la république de Mongolie. Au-delà se trouvent les montagnes Saïan, les monts Iablonovyï et les monts Stanovoï, dans l’est de la Sibérie ; toutefois, les deux dernières chaînes ne font pas directement partie des hautes terres elles-mêmes.
Le cœur du massif montagneux est occupé dans sa partie septentrionale par plusieurs grands bassins structuraux. Le bassin chinois de Djoungarie est situé le plus au nord, entre les Tian shan et l’Altaï. Au sud de cette région, entre les Tian shan et les chaînes du Karakorum et des Kunlun, s’étend le large bassin du Tarim, qui abrite l’un des plus grands déserts de moyenne altitude, le désert du Taklamakan. On trouve, enfin, le bassin de Qaidam (Tsaidam), enserré par les hautes montagnes des Kunlun et de l’Altun shan. Il existe, par ailleurs, une grande variété de sols. Les forêts de la Sibérie possèdent un sol acide, qui est caractéristique de la toundra et de la taïga ; le permafrost se rencontre communément, et le réseau hydrographique est en général peu développé. On trouve ensuite les sols noirs des prairies, des steppes et des déserts, qui s’étendent en une large bande depuis le nord de la Chine jusqu’à la mer Noire et l’Asie du Sud-Est. Les sols noirs des steppes sont parmi les plus fertiles de l’Asie. Ils sont communs au nord de la Chine centrale et au sud-ouest de la Sibérie. En Asie du Sud et de l’Est, les sols les plus fertiles sont formés par les alluvions déposées dans les vallées basses des grands fleuves comme l’Indus et le Gange. Ces sols constituent l’essentiel des terres qui sont cultivées de façon intensive. Dans les régions de basse latitude, on trouve des sols tropicaux, qui sont en général moins fertiles. Vers le nord, ces sols se chargent d’une quantité d’humus plus importante, qui augmente leur fertilité. © .
Photos des pays et villes visités