Franklin Roosevelt et la relève des Etats Unis


Franklin D. Roosevelt développe un programme économique et social, connu sous le nom de New Deal (1933-1938). S’appuyant sur un groupe de conseillers économistes, le brain trust, il redresse l’économie par une politique interventionniste du pouvoir fédéral, sans toutefois régler le problème du chômage (8 millions de chômeurs en 1935 ; 10,4 millions en 1938). Recourant à la pratique du déficit budgétaire (3,5 milliards de dollars en 1936), il accroît considérablement les dépenses de l’État. Parmi les principales mesures du New Deal figurent la relance de l’industrie et le contrôle de la concurrence (National Industrial Recovery Act ou NIRA, 1933) ; la lutte contre le chômage par une politique de grands travaux d’utilité publique, avec notamment l’aménagement de la vallée du Tennessee en 1933 ;

La mise en place du New Deal
La signature du New Deal

L’abandon de l’étalon-or et la dévaluation du dollar à 59 % de son ancienne valeur en or (Gold Reserve Act, 1934) ; l’aide aux agriculteurs et la lutte contre la surproduction agricole (Agricultural Adjustment Act ou AAA) ; ou encore la création d’une sécurité sociale (Social Security Act, 1935), instituant une assurance vieillesse et une assurance chômage, dans le cadre de l’État-providence (Welfare State). Cependant, certaines de ces lois sont déclarées anticonstitutionnelles par la Cour suprême (NIRA en 1935, AAA en 1936), qui juge que l’État fédéral a outrepassé ses droits en matière de réglementation.

La marche vers la seconde guerre mondiale


Absorbé par les problèmes intérieurs jusqu’en 1938 et soucieux de l’isolationnisme traditionnel des Américains, le président Roosevelt ne peut que mobiliser tardivement ses concitoyens face au nouveau conflit mondial (la Seconde Guerre mondiale). En 1940, il fait voter par le Congrès un programme de réarmement ainsi que la conscription de tous les hommes âgés de 21 à 35 ans. Prônant un soutien actif des États-Unis à la lutte pour la démocratie, Roosevelt obtient du Congrès le vote de la loi du prêt-bail (11 mars 1941). Celle-ci permet à l’Amérique d’approvisionner en armements les ennemis des puissances de l’Axe. L’année 1941 est marquée par un débat national entre les isolationnistes (opposés à l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale et à l’aide au Royaume-Uni) et les interventionnistes (persuadés que la victoire sur les puissances de l’Axe est vitale pour la sécurité américaine).

En août, le président Roosevelt rédige avec le Premier ministre britannique, Winston Churchill, la charte de l’Atlantique. C’est finalement l’agression japonaise contre la base navale de Pearl Harbor (à Hawaii), le 7 décembre 1941, qui décide les États-Unis à entrer en guerre. La flotte américaine du Pacifique est attaquée par surprise, sans déclaration de guerre préalable, par les sous-marins et les bombardiers japonais. Les Américains subissent de lourdes pertes matérielles et humaines. Près de 3 000 soldats et marins sont tués ou blessés, tandis que 200 avions et de nombreux navires sont détruits au sol ou coulés. Le 8 décembre 1941, à la demande du président, le Congrès déclare la guerre au Japon. Le 11 décembre, l’Allemagne et l’Italie (alliés du Japon) déclarent la guerre aux États-Unis. "Etats Unis" . Sources utilisées Encarta, Wikipedia.

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos des Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Photos du Canada

Le Canada

Photos Infos Canada