Infos Chine par Carnet Photographique


Le secteur industriel chinois

Carnet Photographique - Chine
5/10/15

Une industrie en forte croissance

L’industrie chinoise a connu une forte croissance au cours des dernières décennies. En 2002, elle employait 17,7 p. 100 de la population active et fournissait 47,50 p. 100 du PIB en 2005 (contre 38,4 p. 100 en 1970). À partir de 1949, l’industrie progresse de 4 à 4,5 p. 100 par an. La Chine s’inspire alors du modèle soviétique fondé sur la planification et le développement massif des industries lourdes. En 1958, dans le cadre du Grand Bond en avant, il est décidé d’amplifier cette progression. La production industrielle enregistre, cette année-là, une croissance de 33 p. 100. Mais dès 1959, cette croissance mirifique chute et le pays connaît, en 1961 et 1962, deux années de crise aggravées par le départ des conseillers soviétiques en Chine, après la rupture avec l’URSS (1961). Les autorités chinoises orientent alors le développement industriel sur les industries semi-lourdes et légères. La croissance reprend jusqu’en 1965, année qui marque le début de la Révolution culturelle. Celle-ci replonge le pays dans la crise jusqu’en 1976, année de la mort de Mao Zedong.

La démaoïsation et, surtout, l’arrivée de Deng Xiaoping marquent un tournant dans la politique économique chinoise. Le Parti s’oriente alors dans la stratégie de la « Porte ouverte » vers l’Occident capitaliste (période des Quatre Modernisations, 1979-1985) et met à nouveau l’accent sur l’industrie lourde qui engloutit, à elle seule, une grande partie des fonds.

L'industrie chinoise

Après une croissance rapide des industries lourdes, qui souffrent toutefois de la déficience des transports et de la production d’énergie, le gouvernement décide de réorienter ses investissements vers l’agriculture et les industries légères. Des fonds importants sont également affectés au bâtiment et aux travaux publics pour améliorer les conditions de vie des citadins et créer des emplois urbains. De 1979 à 1982, le « système de responsabilité », qui fonctionne déjà pour l’agriculture, est appliqué à l’industrie dont 30 p. 100 des structures de production accumulent les déficits. Parmi les mesures les plus importantes figurent la libération des prix, l’instauration de primes d’État à la productivité, le droit à la création d’entreprises privées ou encore la création de quatre zones économiques spéciales (ZES) sur le modèle capitaliste.

Depuis 1979, la croissance industrielle s’est accélérée, avec une moyenne annuelle de 11,9 p. 100 (16 p. 100 en 1995). En 1985, il existait 17 millions d’entreprises industrielles privées contre 100 000 en 1978. La production industrielle a, quant à elle, quadruplé entre 1985 et 1994.

Aujourd’hui, l’industrie se répartit entre les entreprises d’État, déficitaires et aux sureffectifs chroniques, et les entreprises privées capitalistes. Celles-ci, souvent très performantes, se localisent principalement dans les ZES. Pratiquant des bas salaires (dix fois inférieurs à ceux de l’Europe occidentale), elles sont très compétitives. La quasi-totalité de leur production est exportée. À partir des années 1980, l’injection dans l’économie de capitaux étrangers, sous forme de prêts et d’investissements, a permis à la Chine de se doter de technologies de pointe.

Usine de chaussures en Chine
Bell a implanté à Shanghai une usine de matériel téléphonique ; la France a fourni la centrale nucléaire de Daya ; des constructeurs automobiles comme Volkswagen ou Peugeot ont construit des unités de production. © "Chine" Sources utilisées Encarta


Photos des villes et pays visités