Les Etats Unis au début du 20ème siècle


Les présidents républicains conservent une attitude isolationniste — tout au moins jusqu’aux premières années du xxe siècle. En 1867 cependant, le pays achète l’Alaska à la Russie. Puis, sous la présidence de William McKinley (1897-1901), les États-Unis commencent à développer une politique impérialiste. À l’issue de la guerre hispano-américaine (1898), les Américains victorieux s’emparent des vestiges de l’Empire colonial espagnol (Porto Rico, Guam, Philippines) et placent Cuba sous tutelle américaine. En septembre 1901, McKinley est assassiné et son vice-président Theodore Roosevelt lui succède. La domination américaine s’étend en Amérique centrale (construction du canal de Panamá), dans les Antilles (intervention à Saint-Domingue, 1905), ainsi que dans le Pacifique. Les États-Unis respectent toutefois la politique de non-ingérence définie par la doctrine de Monroe en 1823, à l’exception de leur participation à la conférence d’Algésiras sur le Maroc (1906), et de leur rôle de médiateur dans la guerre russo-japonaise (1904-1905).

Roosevelt et Wilson


Le président Rooselvelt
Le président Rossevelt

Sur le plan intérieur, Theodore Roosevelt (1901-1909) accentue la lutte du pouvoir fédéral contre les excès du libéralisme et la multiplication des trusts (loi Elkins, 1903 ; loi Hebburn, 1906). Ceux-ci exercent en effet un quasi-monopole sur des secteurs comme le pétrole, le bœuf, le charbon, le sucre ou les chemins de fer. Mais la politique menée par son successeur, William H. Taft (1909-1913), divise le Parti républicain et permet la victoire du démocrate Thomas W. Wilson (1913-1921). Reprenant la politique de Roosevelt, Wilson fait voter une nouvelle loi antitrust (Clayton Antitrust Act, 1914), abaisse les tarifs douaniers, et réforme le système bancaire (Federal Reserve Act, 1913) et l’agriculture. La journée de travail des ouvriers est limitée à huit heures.

L’élection au suffrage universel des sénateurs est instaurée (1913) ainsi que le vote des femmes (19e amendement de la Constitution, 1920).

Les Etats Unis pendant la 1ère guerre mondiale


Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, le président Wilson, fidèle à l’isolationnisme séculaire américain, refuse d’engager son pays dans le conflit. Mais la guerre sous-marine à outrance menée par les Allemands, ainsi que leur politique hostile en Amérique centrale, provoquent un revirement de l’opinion.

En mai 1915, au large des côtes de l’Irlande, un sous-marin allemand torpille sans sommation le paquebot Lusitania, tuant 1 198 personnes, dont 128 citoyens américains. Le peuple américain est scandalisé. L’incident se reproduit en mars 1916, avec le torpillage dans la Manche du Sussex, qui cause la mort de deux Américains. Le 6 avril 1917, les États-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne. Un corps expéditionnaire, commandé par le général John J. Pershing, est envoyé en France. Les troupes américaines, qui comptent jusqu’à 2 millions d’hommes, jouent un rôle décisif dans la victoire finale des Alliés en 1918. Le 8 janvier 1918, le président Wilson se fait le défenseur d’une paix fondée sur le principe de la libre détermination des peuples, lorsqu’il énonce les « quatorze points » qu’il estime nécessaires à l’établissement d’une paix juste et durable. Pourtant, malgré sa participation à la conférence de la paix, le traité de Versailles (28 juin 1919) va dans un tout autre sens. La France, notamment, insiste pour imposer de lourdes réparations de guerre à l’Allemagne. Les États-Unis manifestent leur hostilité en refusant de ratifier le traité (novembre 1919). Leur refus d’entrer à la Société des Nations (SDN) marque leur retour à l’isolationnisme. "Etats Unis" . Sources utilisées Encarta, Wikipedia et lemonde.

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos des Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Photos du Canada

Le Canada

Photos Infos Canada