Carnet Photographique infos Egypte
Canada


Histoire de l'Egypte ancienne

L'Egypte par Carnet Photographique
6/10/15

Egypte - une histoire mythique

Les inscriptions gravées sur les murs des tombeaux royaux de la VIe dynastie attestent de l’affaiblissement du pouvoir pharaonique. Certaines font même état d’une conspiration contre le pharaon Pépi Ier, qui a régné vers 2289-2255 av. J.-C., dans laquelle est impliquée la propre épouse du souverain. Mais plus certainement, le lent effondrement de l’Ancien Empire est à mettre en relation avec la montée en puissance des administrateurs du royaume. Et dans cette conjoncture, c’est une vague d’invasions du pays qui sonne le glas de la première unification entre Haute et Basse-Égypte.


Le chaos des Dynasties

La VIIe dynastie marque le début d’une première période intermédiaire, qui va durer de 2152 environ à 2065 av. J.-C. Soumis aux raids étrangers, le territoire se morcelle et la famine apparaît tandis que se multiplient des mouvements de révolte, coïncidant avec la diffusion du culte d’Osiris qui semble témoigner d’une aspiration populaire à l’immortalité.

À partir de la IXe dynastie, plusieurs dynasties cohabitent et cherchent à refaire l’unité du pays à leur profit. Les IXe et Xe dynasties, dites « héracléopolitaines », contrôlent depuis Héracléopolis les deux tiers du pays, tandis que la XIe dynastie, plus guerrière, est installée à Thèbes en Haute-Égypte. C’est de cette dernière que va naître le Moyen Empire.

Le Moyen Empire (2065-1781 av JC)
Vers 2135 av. J.-C., les nomarques de Thèbes ont fondé la XIe dynastie. Les Antef s’efforcent d’étendre le royaume à partir de Thèbes, vers le nord et vers le sud, dans le but d’unifier le pays, mais c’est Mentouhotep Ier qui achève la reconquête du territoire. Sous son règne s’affirme la primauté du dieu thébain Amon. Sous la XIIe dynastie, inaugurée par Amménémès Ier, la capitale se déplace symboliquement vers le nord, à Licht, non loin du Fayoum dont les terres sont mises en valeur. La volonté de renforcer l’unité nationale s’exprime, durant cette période, par le compromis religieux passé avec les clergés thébain et héliopolitain, par lequel Amon est associé à Rê. Intercesseur entre Amon-Rê et les hommes, le pharaon renforce son pouvoir en abaissant celui de la féodalité provinciale et en assurant, de son vivant, la succession au trône. Dans le même temps, l’immortalité n’est plus l’apanage du souverain. Tous peuvent désormais y accéder, dans les limites imposées par un rituel très strict.
Rives du Nil source Encarta
L'ancien Empire : l'âge des Pyramides

Durant les règnes des Amménémès et des Sésostris se constitue également une classe de fonctionnaires, intermédiaires entre le peuple et les hauts dignitaires. L’influence de ces scribes va progressivement croître. La période est celle d’une renaissance intellectuelle et culturelle, qu’exprime le développement de genres littéraires variés — romans merveilleux, analyses psychologiques (telle l’Histoire de Sinouhé), poèmes lyriques et traités scientifiques écrits sur papyrus. L’architecture, l’art et les bijoux révèlent une extraordinaire délicatesse de conception. Les successeurs d’Amménémès Ier (Sésostris Ier, Amménémès II, Sésostris II, Sésostris III, Amménémès III et Amménémès IV) poursuivent l’ambitieuse politique étrangère de leur prédécesseur. Des forteresses sont bâties à travers toute la Nubie et le Soudan.

Amon-Rê

Des gouverneurs sont envoyés en Palestine et en Syrie. Sésostris III, qui règne de 1881 à 1842 av. J.-C., organise une armée permanente qu’il utilise dans les campagnes contre les Nubiens, au sud, et contre les Libyens, à l’ouest. Il divise l’administration en trois unités géographiques puissantes, contrôlées chacune par un haut fonctionnaire dépendant du vizir. "Egypte" © Sources utilisées : Encarta et Wikipedia.