L'empereur Akbar


Akbar, petit-fils de Babur, est le plus grand des empereurs moghols. Durant son règne (1556-1605), il place sous son autorité les princes rebelles de nombreuses régions — Pendjab, Rajputana, Gujarat — et conquiert le Bengale, le Cachemire, le Sind et l’Orissa. Doté de remarquables compétences d’administrateur, il favorise le commerce, instaure un système d’imposition équitable et encourage la tolérance religieuse. Son fils Jahangir lui succède sur le trône d’Agra (devenue capitale sous Babur) en 1605 et, sous le règne de son successeur, Shah Jahan (1628-1658), l’Empire moghol atteint son apogée culturelle et l’âge d’or de son architecture monumentale — avec notamment la construction du Taj Mahal. Shah Jahan est destitué en 1658 par son fils, Aurangzeb, qui déclare la guerre aux royaumes autonomes de l’Inde. La stabilité de son régime est minée par les victoires des Marathes, ainsi que par les oppositions populaires soulevées par son fanatisme religieux et sa politique hostile aux hindous. Son règne s’achève en 1707, date de sa mort.

Du déclin à un état fantoche


Empire moghol
Empire moghol. Encarta

La première moitié du XVIIIe siècle est marquée par le déclin de l’Empire moghol. Gouverné par des souverains fantoches (entre 1707 et 1857), il finit par disparaître en tant qu’État. Hyderabad, fondé en 1712, est l’un des premiers grands États à acquérir son indépendance.

Des invasions perses et afghanes accélèrent la chute de l’empire. L’armée du souverain perse Nader Chah pille Delhi en 1739, emportant dans son butin un énorme diamant, le Koh-i-Noor, ainsi qu’un fabuleux trône en forme de paon en or massif incrusté de pierres précieuses. En 1756, Delhi est assaillie par Ahmad Chah Dorrani, souverain afghan. L’armée de ce dernier est de nouveau victorieuse, en janvier 1761 à Panipat, des forces combinées des Marathes et des sikhs. Cependant, malgré la présence séculaire dans la péninsule de royaumes ou d’emprises musulmans, l’islam est demeuré minoritaire, religion d’États plus que de peuples (lesquels demeurent fidèles aux préceptes de l’hindouisme). La péninsule indienne, sujette à d’âpres rivalités coloniales entre les puissances maritimes européennes, est déjà en partie acquise à l’autorité britannique au milieu du XVIIIe siècle.

L'installation des 1ers comptoirs européens


Le 27 mai 1498, Vasco de Gama jette l’ancre dans le port de Calicut, sur la côte de Malabar. Les Portugais sont les premiers Européens à établir des comptoirs commerciaux en Inde, dont celui de Goa, fondé en 1510 par le navigateur Afonso de Albuquerque.

Ils obtiennent d’ailleurs le monopole du commerce maritime avec l’Inde, et le conservent pendant un siècle. Au début du XVIIe siècle cependant, les Anglais (en 1600) et les Hollandais (en 1602) créent à leur tour des Compagnies des Indes orientales, afin de concurrencer les produits portugais. La Compagnie anglaise des Indes orientales négocie avec l’empereur moghol Jahangir et parvient à fonder, en décembre 1612, le premier comptoir commercial anglais à Surat, dans le golfe de Khambhat. En dépit de la concurrence portugaise et hollandaise, les Anglais parviennent à s’imposer durablement en Inde au cours du XVIIe siècle. La Compagnie anglaise des Indes orientales élargit progressivement sa sphère d’influence, notamment en Orissa (1633) ainsi qu’à Madras (1639) et à Bombay (rachetée au Portugal en 1661). En 1690, elle fonde Calcutta, qui devient la première capitale des Indes britanniques. Les Français, par l’intermédiaire de Jean-Baptiste Colbert, créent quant à eux la Compagnie française des Indes orientales en 1664.

En 1746, le gouverneur général des établissements français en Inde, Joseph François Dupleix, s’empare de Madras avec le soutien de la flotte de Mahé de La Bourdonnais. La ville est restituée aux Britanniques en 1748, en vertu du traité d’Aix-la-Chapelle. En 1751, un nouveau conflit éclate et s’achève par la victoire britannique, remportée par Robert Clive sur Siraj-ud-Dawlah (le nabab du Bengale), à Plassey, en juin 1757. Aux termes de l’accord signé à la fin du conflit européen, le traité de Paris (1763), la France ne conserve en Inde que quelques comptoirs commerciaux. Les Britanniques, ayant remporté la bataille militaire et commerciale, se lancent alors sans retenue dans la colonisation. ©"Inde" Ecrit par. Sources utilisées : Encarta et le Monde et Wikipedia.

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos Vietnam

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos Vietnam

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos Hong Kong

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos Corée

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos Cambodge

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos Japon

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos Thailande

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos Taiwan