L'Inde au 5ème siècle avant J.C.


Vers le milieu du VIe siècle av. J.-C., le royaume aryen du Magadha (situé dans l’actuel Bihar, nord-est de l’Inde) devient l’un des plus importants de la péninsule indienne. Montant sur le trône vers 553 av. J.-C., Bimbisara — un contemporain du Bouddha et de Mahavira (fondateur du jaïnisme) — est le premier des souverains du Magadha à se lancer dans la conquête des territoires indiens voisins. La suprématie du Magadha est à l’origine d’une première unification en Inde, sous l’autorité d’un empereur. Avec la dynastie des Nanda, le royaume prend, au IVe siècle av. J.-C., le contrôle d’une vaste région comprise entre le Pendjab, au nord-ouest, et le Bengale, à l’est.

Figurine en terre cuite
Figurine en terre cuite. Encarta

Le nord-ouest de la péninsule est pour sa part en proie aux campagnes d’Alexandre le Grand, lequel, vainqueur des Perses, s’empare du Pendjab en 326 av. J.-C. Ses successeurs, les dynastes grecs de Bactriane, occupent l’Inde du Nord-Ouest jusqu’à Delhi ; de leur conversion au bouddhisme naît la civilisation gréco-bouddhique du Gandhara (région comprenant aujourd’hui le nord-est de l’Inde, une partie du Pakistan et l’Afghanistan). La conquête grecque du nord-ouest de la péninsule a pour conséquence de laisser le champ libre à l’est pour les souverains du Magadha.

L'apogée de l'empire Maurya


En 321 av. J.-C., Chandragupta tue le dernier représentant des Nanda, et s’empare du royaume de Magadha, avant d’étendre son autorité vers le sud, jusqu’à la Narmada. Ses descendants poursuivent la conquête jusqu’aux plateaux du Mysore, l’extrême sud de la péninsule ne se soumettant que sous le règne d’Ashoka (v. 273-232 av. J.-C.). Le bouddhisme devient alors la religion dominante de l’empire. Ses préceptes sont enseignés dans des universités telles que celles de Nalanda et Taxila. Le rayonnement de l’empire Maurya est considérable ; l’armée, forte de plusieurs centaines de milliers d’hommes, assure sa stabilité politique.

L’organisation de la société, hiérarchisée en castes, y contribue aussi fortement. Dans la capitale impériale, Pataliputra (actuelle Patna), baignée par le Gange, se dresse alors un superbe palais, dont les vestiges témoignent de l’influence de la Perse. Après la disparition d’Ashoka, l’unité de l’empire Maurya se révèle finalement assez fragile. Plusieurs dynasties se succèdent à la tête d’un empire de plus en plus réduit. Cette période est également marquée par la cabale qui aboutit à la contestation du bouddhisme et à l’avènement du brahmanisme, entre 184 et 72 av. J.-C.

Les invasions chinoises


Vers la fin du Ier siècle av. J.-C., les Scythes (appelés Saka ou Shaka en Inde), chassés de la mer d’Aral par les Yuezhi, occupent une grande partie de l’Inde occidentale. À leur tour, les Yuehzi envahissent la région. L’un des leurs fonde vers 40 av. J.-C. la dynastie des Kouchans (dite aussi Kushan ou Kushana), qui domine par la suite une grande partie du nord de la péninsule. Des relations commerciales et diplomatiques s’établissent avec l’Empire romain, par le biais de la route de la Soie. Le bouddhisme s’épanouit à nouveau sous le règne de l’empereur et mécène Kanishka, qui contribue fortement à l’épanouissement de l’art gréco-bouddhique du Gandhara. ©"Inde" Ecrit par. Sources utilisées : Encarta et le Monde et Wikipedia.

Photos des pays d'Asie à visiter

Photos de l'Inde

Photos de l'Inde

Photos Infos Inde

Photos du Vietnam

Photos du Vietnam

Photos Infos Vietnam

Images de la Chine

Images de la Chine

Photos Infos Vietnam

Images de Hong Kong

Images Hong Kong

Photos Infos Hong Kong

Photos de Corée du Sud

Corée du Sud

Photos Infos Corée

Photos du Cambodge

Photos Cambodge

Photos Infos Cambodge

Images du Japon

Images du Japon

Photos Infos Japon

Photos de Thailande

Photos de Thailande

Photos Infos Thailande

Photos de Taiwan

Photos de Taiwan

Photos Infos Taiwan