Rouen - Carnet Photographique

Suivez Carnet Photographique sur les réseaux sociaux

Economie de Rouen

Voyage en France - Carnet Photographique

30/08/16

Rouen une ville fluviale

La ville est un port fluvial et maritime très actif, au premier rang européen pour les céréales. Rouen est également un centre industriel important dont la production comprend le papier, le pétrole raffiné et les produits chimiques, agroalimentaires et pharmaceutiques.

Un rayonnement freiné

Tourisme à Rouen. Photos E. Buchot
Tourisme à Rouen

Rouen n'a jamais été reconnu dans le cadre de l'aménagement du territoire comme une « métropole d'équilibre », ce que la taille de son agglomération et son rayonnement économique auraient pu justifier.

Sur un méandre de la Seine, entre le plateau de Caux et le lobe forestier du Rouvray, le site est magnifique mais étriqué, facilement encombré et soumis à une forte humidité et à la pollution industrielle. Rouen est à la tête d'une petite région, et son rayonnement se trouve limité par la présence du Havre à l'ouest et par la très grande proximité de Paris à l'est, dont les franges industrielles et résidentielles mordent sur la Haute-Normandie, notamment sur le département de l'Eure. Tel est le grand problème de Rouen, très proche de Paris par l'autoroute ou par le train, ni grande métropole à l'ouest de la capitale, ni grosse banlieue non plus. Une meilleure coordination portuaire avec Le Havre, l'amélioration des liaisons nord-sud dans le cadre européen en contournement de Paris, l'éventuelle unification des deux régions normandes pourraient changer les termes de ce difficile problème d'aménagement du territoire.

Industries de Rouen

Visite de Rouen. Photos E. Buchot
Visite de Rouen

Rouen est à la fois une capitale administrative et de services pour la région de Haute-Normandie, une importante place commerciale, un port maritime important, un carrefour routier et autoroutier, une grande agglomération industrielle... La ville bourgeoise est devenue une ville universitaire, accueillant 40 000 étudiants au total. Au prix de travaux incessants dans l'estuaire et le chenal de la Seine ainsi que d'équipements très en aval de la ville jusqu'à Honfleur, le port maritime a maintenu et même développé ses activités jusqu'à atteindre un trafic de 22 millions de tonnes en 2003, au sixième rang des ports français, au quatrième pour les conteneurs, au premier pour les exportations de céréales, les engrais, les produits agro-alimentaires, jouant ainsi le rôle de débouché des riches régions agricoles du Bassin parisien. Malgré la crise économique, Rouen est resté à la tête d'une vaste région industrielle. Au XIXe siècle, la révolution industrielle se fit ici sur la filature et le tissage du coton, avec des prolongements à Louviers et à Elbeuf. Il n'en reste plus que des miettes ou des souvenirs.

Mais le raffinage du pétrole (Shell), la pétrochimie, l'industrie pharmaceutique, l'automobile (Renault) et la sous-traitance, les industries du bâtiment, du papier (la Chapelle-Darblay) et de l'agro-alimentaire animent une zone d'emplois qui se situe au premier rang dans le Bassin parisien après celles de l'Île-de-France. Le chômage y reste assez élevé (14,8 % en 1999) mais moins que dans les autres ports du littoral de la Manche.

© "Rouen" Photos . Source utilisée : Universalis et Wikipedia.