Carnet Photographique infos Suède
Economie de l'Amérique du Sud
Carnet Photographique Amériques

Au cours de la période coloniale et encore longtemps après l'indépendance, l'économie sud-américaine repose sur l'exportation de produits agricoles et de minéraux. Mais depuis les années trente, elle connaît un développement et une diversification remarquables. Après la Seconde Guerre mondiale, les différentes politiques nationales encouragent la fabrication locale de biens jusqu'alors importés et remanient l'industrie.

Agriculture en Amérique du Sud

La plus grande partie des cultures et de l'élevage de l'Amérique du Sud est destinée à la consommation locale et aux marchés nationaux. Néanmoins, les apports de devises étrangères, grâce à l'exportation agricole, peuvent être très importants. La production, la mise sur le marché interne et l'exportation des produits agricoles jouent un rôle important dans l'activité commerciale et industrielle. Bien que l'agriculture, avec la chasse, la pêche et la sylviculture, représentent environ 12 p. 100 du produit intérieur brut (PIB), elle emploie plus de 30 p. 100 des travailleurs en Bolivie, au Paraguay, au Pérou et en Équateur, entre 20 et 30 p. 100 en Colombie, au Brésil et en Guyane, et moins de 20 p. 100 au Suriname, au Chili, en Uruguay, au Venezuela, en Argentine et en Guyane française.

Les structures agraires de l'Amérique du Sud sont caractérisées par la présence de deux unités agricoles très différentes : les latifundios et les minifundios. Les latifundios sont de grands domaines que les riches propriétaires exploitent souvent insuffisamment et laissent à l'élevage extensif ; ils sont issus des terres que se voyaient attribuer les colons espagnols, avec la possibilité pour eux d'exploiter les Indiens comme main-d'œuvre abondante et gratuite. Au Brésil, les colons portugais utilisaient les esclaves africains déportés en masse. Les latifundios représentent environ 70 p. 100 des terres pour 1 p. 100 des propriétés. Les minifundios sont de petites parcelles cultivées par des paysans pauvres. La faible productivité des latifundios explique en partie la sous-alimentation des populations d'une partie de l'Amérique du Sud.

Les inégalités de revenus et de patrimoine en Amérique du Sud sont issues, en grande partie, de la répartition inégale des terres. Les réformes agraires entreprises (redistribution des terres en Bolivie en 1953 et au Pérou en 1968) n'ont pas abouti aux résultats escomptés. L'agriculture se modernise cependant peu à peu, et les cultures à l'exportation connaissent un fort développement. Ces changements accentuent les migrations vers les villes et augmentent les difficultés urbaines. Au Brésil, l'extension des terres cultivables s'effectue par le défrichement accéléré de la forêt amazonienne (aujourd’hui la forêt amazonienne a perdu l’équivalent d’un dixième de son territoire).

C'est à proximité des villes que l'agriculture commerciale est la plus intense : elle produit les denrées périssables, comme les légumes, les fruits et les laitages. Dans les régions rurales, le haricot et le maïs sont très répandus. Le blé et le riz sont aussi très cultivés. L'élevage bovin destiné à la consommation locale est très répandu et celui destiné à l'exportation est particulièrement développé en Argentine, en Uruguay, au Paraguay et en Colombie. L'agriculture tournée vers l'exportation est pratiquée dans les régions tropicales et dans les latitudes moyennes, où la terre arable et les accès aux ports sont optimaux. Parmi les cultures tropicales, le café occupe une place prépondérante. Il est cultivé dans les régions montagneuses, notamment dans le sud-est du Brésil et en Colombie. Le cacao est produit dans l'est du Brésil et en Équateur.

L'agriculture en Amérique du Sud

La population en Amérique du Sud. Photo E. BUCHOT
Les productions agricoles en Amérique du Sud

Les bananes et la canne à sucre sont cultivées dans toutes les régions tropicales, principalement pour les marchés locaux. La production de bananes est destinée à l'exportation en Colombie et dans l'ouest de l'Équateur ; les régions traditionnelles de la production et de l'exportation du sucre sont la côte péruvienne, la Guyane française et le Suriname. Pendant plusieurs décennies, la côte péruvienne a produit du coton destiné à l'exportation. Le coton et le sucre sont également produits (pour l'exportation et les marchés locaux) dans le nord-est et le sud-est du Brésil. Dans les régions frontalières du sud de ce pays, le soja est une importante culture d'exportation depuis les années soixante-dix. Il est moins répandu en Argentine, où les sols fertiles des prairies ont longtemps été la première région de production céréalière et d'élevage du monde.

Le blé, le maïs, les légumineuses, la viande de bœuf et de mouton, les peaux et la laine sont d'importants biens d'import-export. Le secteur de l'exportation de l'Uruguay a longtemps été dominé par la laine et les peaux. Le Brésil est, pour sa part, le deuxième exportateur mondial de produits agricoles avec environ 40 p. 100 des produits du continent américain.

"Amérique du Sud" © Ecrit par et Encarta.

L'élevage en Amérique
L'élevage en Amérique du Sud. Photo E. Buchot
Recherche personnalisée