Arrivée des français aux Amériques


Les Français, de leur côté, délaissant les régions de la côte atlantique, pénètrent à l’intérieur du continent nord-américain en remontant le Saint-Laurent. Depuis la ville de Québec, ils étendent leur autorité sur un immense territoire, dans les Grandes Plaines centrales, qu’ils appellent Louisiane en l’honneur du roi Louis XIV. Mais la rivalité coloniale franco-anglaise débouche rapidement, en Amérique du Nord, sur une succession de guerres. Contrairement à la colonisation anglaise, l’immigration française, trop limitée, ne permet pas à la France d’assurer un contrôle réel et une défense efficace de son empire colonial. Après avoir perdu l’Acadie à l’issue du traité d’Utrecht (1713), la France abandonne toutes ses possessions américaines lors du traité de Paris (1763), qui met fin à la guerre de Sept Ans (1756-1763). La Louisiane occidentale, à l’ouest du Mississippi, est cédée en compensation à l’Espagne, alliée de la France (qui la récupère en 1800). La Louisiane orientale, à l’est du Mississippi, ainsi que toutes les possessions françaises canadiennes reviennent au Royaume-Uni.

Renforcement du pouvoir britannique


La colonie hollandaise
Colonie hollandaise

Dès la seconde moitié du xviie siècle, l’autorité royale britannique renforce son emprise sur ses colonies américaines, par l’intermédiaire des gouverneurs royaux. Après l’élimination de la présence française en Amérique du Nord, Londres raidit encore son attitude en réclamant à ses treize colonies une contribution financière pour amortir les dépenses de la guerre de Sept Ans. Mais les colonies britanniques, habituées à une certaine indépendance (assemblées politiques élues, vote des budgets), refusent les charges fiscales imposées par la métropole. Le Stamp Act de 1765 suscite une vive indignation parmi les colons américains et provoque des émeutes (Virginie, New York, Massachusetts). Des sociétés secrètes de patriotes (« les Fils de la liberté ») se constituent. Le mouvement de protestation colonial culmine, en octobre 1765, lors du congrès contre le Stamp Act. Cette loi est finalement révoquée par le Parlement en 1766.

Désireuse d’établir un commerce reposant sur le principe de l’exclusif colonial, la métropole tente, en 1767, d’imposer à ses colonies les lois Townshend qui taxent lourdement les importations, notamment celles de thé. La résistance coloniale est à nouveau très vive. Elle prend la forme d’un boycottage des produits britanniques par les colons. La réaction brutale des Britanniques (voir massacre de Boston, 5 mars 1770) marque la rupture définitive entre le Royaume-Uni et ses colonies. Les taxes Townshend sont annulées. En 1773, le monopole de la vente du thé en Amérique est accordé par le Parlement britannique à la Compagnie britannique des Indes orientales.

Cette décision déclenche une nouvelle crise. Les cargaisons de thé des navires de la Compagnie des Indes sont détruites par les habitants de Boston, alors le grand port de la Nouvelle-Angleterre (voir Tea Party de Boston, 16 décembre 1773). Par mesure de rétorsion, le Parlement britannique vote les lois intolérables (« Intolerable Acts », 1774) à l’encontre du Massachusetts : fermeture du port de Boston et suppression des libertés du Massachusetts. L’unité des treize colonies américaines se réalise dans leur opposition commune à la politique du gouvernement britannique : en septembre 1774, sur l’initiative de Benjamin Franklin, elles se réunissent à Philadelphie en un premier Congrès continental (5 septembre-26 octobre 1774). "Etats Unis" . Sources utilisées Encarta, Wikipedia et lemonde.

Photos des pays d'Amérique à visiter

Photos des Etats Unis

Photos des Etats Unis

Photos Infos Etats Unis

Photos du Canada

Le Canada

Photos Infos Canada