Carnet de voyage Prague - Carnet Photographique



Carnet de voyage à Prague

Partir en République tchèque
3/10/15

Week end à Prague - Arrivée dans la ville

Samedi matin, 7h20. Je suis à l'aéroport de Roissy. Nous sommes en été au mois de juillet. Le soleil est déjà haut dans le ciel. Destination Prague. Je m'étais déjà rendu dans cette ville juste après la chute du mur. J'avais le souvenir d'une banlieue sinistre, grise avec peu de voitures. Les magasins du centre ville étaient vides. C'était en hiver et j'avais froid. 20 ans après, les guides parlaient d'une toute autre ville.

Je monte dans un A320 de la compagnie Air France et me voilà parti pour de nouvelles aventures. Le vol est calme. Une collation et la descente vers Prague s'amorce. Des turbulences se font alors sentir. Nous approchons de l'aéroport. L'avion sort ses trains d'atterrissage. Les vents sont de plus en plus forts.


L'avion est secoué ; les rafales de vent sont opposées, la piste approche. Je sens l'inquiétude me gagner. Ca bouge fort, très fort. Nous nous rapprochons du sol lorsque tout à coup, je ressens une poussée extrèmement forte. Les moteurs font beaucoup de bruits. Ca vibre de partout; nous sommes plaqués sur les sièges. Nous redécollons !! Quelle force !! L'avion refait un tour et réamorce la phase d'atterrisage. Je pousse un soupir de soulagement.

L'horloge de Prague
Horloge de Prague. Photo E. Buchot

Une hotesse me dira : "la procédure est parfaitement maîtrisée". Celà n'empêche. C'est très impressionnant.

Prague s'offre à moi. Je prends le bus pour rejoindre l'hôtel. Après un petit raffraichissement, le sac photo sur le dos, je commence à déambuler dans les rues. Il est 11h, la ville est calme. Le soleil brille et le ciel revêt un bleu intense. J'emprunte une rue piétonne. Peu de monde à cette heure là. Sur le pas des portes, quelques commerçants attendent les clients. La ville ne ressemble plus du tout à ce que j'avais découvert au début des années 90. Les façades sont colorées, propres, restaurées. Les boutiques sont bien garnies. Tout brille.

Au terme de la rue, s'ouvre une immense place. Splendide. J'ai le tourni. Les immeubles revêtent des couleurs dans une harmonie parfaite : bleu, rouge, jaune, orange, blanc, gris clair. Quelle merveille !! Au centre trone une grande statue, élancée, dans un vert profond. Je suis au coeur historique de Prague sur la place Namesti. Les clochers de Notre Dame de Tyn s'élancent fièrement vers le ciel. L'église est imposante et donne un charme difficilement définissable. Tout respire la beauté et la finesse. A l'opposé de l'église se dresse la tour de l'hôtel de ville de Prague. A ses pieds une foule compacte lève la tête. Il est 13 heures. Des clochettes sonnent. Les visages des enfants et des adultes s'illuminent. La fameuse horloge de Prague offre à chaque heure du jour le défilé des statuettes des 12 apôtres. Un moment magique. Au terme du défilé, un tonnerre d'applaudissements remplit l'espace. Le son d'une trompette parvient alors jusqu'à mes oreilles. Au sommet de la tour de l'horloge, un homme joue un air. Il a l'air heureux.


Je poursuis mon périple dans la vieille ville de Prague. Une foule de touristes envahit les ruelles. Les enfants jouent avec des ballons de baudruche ; les terrasses de café sont bondées ; certains jouent les stars avec d'immenses lunettes de soleil aux verres très foncés ; un homme est suspendu au dessus de moi. Il est accroché à une barre de fer. Je regarde bien. Il est figé. La statue attire l"oeil des nombreux passants.

Les magasins proposent tous des souvenirs de Prague. Des cadeaux fantaisies, des objets qui se veulent en or sont proposés au chaland. Tout brille. Je n'aperçois aucun commerce alimentaire. La ville ressemble à un musée vivant. Le spectacle est assuré par le visiteur, les vieilles maisons colorées et les églises constituent le décor. Chacun regarde et est regardé. Le pragois est absent. Suite du week end à Prague © Ecrit par


Photos des pays et villes visités